En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Revue de presse

«Ouvre l'œil», un festival pour voir le cinéma autrement

Par NICOLAS CIMOLINO, publié le mercredi 3 mai 2017 08:48 - Mis à jour le mercredi 3 mai 2017 08:48

La Dépêche du Midi | 14 avril 2017

 

 

Pendant trois jours, d'aujourd'hui à dimanche, le premier festival de cinéma pour petits et grands, «Ouvre l'œil», a lieu à Salles -la-Source. Un rendez-vous culturel copieux, varié, innovant.

Aujourd'hui, demain et dimanche Salles-laSource va vivre au rythme d'«Ouvre l'œil», un festival de cinéma pour petits et grands. Si cet événement cinématographique est une première en Aveyron, le même concept était en place depuis 6 ans dans la région Languedoc-Roussillon, avant qu'elle ne devienne «Occitanie». Ces trois jours d'activité culturelle, et ceux qui ont précédé, sont organisés par l'association Mondes et Multitudes, association née il y a sept ans pour promouvoir le cinéma et des ateliers d'éducation à l'image en milieu rural (1). Diane Degles, la coordinatrice de Mondes et Multitudes, les deux autres salariés et les bénévoles ont œuvré sans compter pour que ces trois jours soient le plus attrayants possible. Et à la lecture du copieux programme (lire encadré) nourri par projections, ateliers et animations diverses, ils le seront certainement.

Avant son coup d'envoi, le festival a débuté d'abord à Marcillac, où fin mars 120 collégiens de Kervallon et de Saint-Joseph ont participé à une journée de visionnages de films pour choisir la projection de samedi. Ensuite direction Saint-Chrsitophe où ces trois derniers jours, en partenariat avec Familles rurales, des ados ont réalisé des courts-métrages qui seront projetés ce soir à 20 h 30. Cette implication dans un territoire rural comme le Vallon, avec l'aide des associations locales et des mairies, celle de Salles-la-Source aujourd'hui pour la première édition d'«Ouvre l'œil», conforte Diane Degles dans son credo «d'être un service culturel de proximité au service des collectivités et des publics, jeunes pousses ou vieilles branches.. .»

L'organisation de cette première édition s'appuie uniquement sur du bénévolat et «sur l'aide très forte des associations et de la mairie de Salles-la-Source», précise Diane Degles. Une deuxième édition est-elle envisageable ? «Oui, à Salles-la-Source ou ailleurs, si l'on a un soutien financier, sinon il ne sera pas possible de continuer» alerte déjà Diane Degles. En attendant, elle et tous les acteurs du festival sont totalement immergés dans cette première édition pour qu'elle soit une réussite.

(1) Dans un prochain article nous présenterons l'association Mondes et Multitudes et ses activités

La Dépêche du Midi

Catégories
  • avril 2017