En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Revue de presse

Maxime Nayrolles : «Le collège propose le handball et les sports de pleine nature en UNSS»

Par NICOLAS CIMOLINO, publié le lundi 9 octobre 2017 16:18 - Mis à jour le lundi 9 octobre 2017 16:18

La Dépêche du Midi | 29 septembre 2017

 

 

Vous êtes professeur d'EPS au collège Kervallon de Marcillac et coordinateur des équipes pour l'UNSS. Comment cela se passe quand on est professeur de sport, par rapport à l'UNSS ?

En fait, chaque professeur d'EPS a trois heures forfaitaires par semaine, qui doivent être consacrées à l'UNSS. Après, dans chaque établissement, souvent, pour le choix des activités, c'est un ancrage culturel. Ici, c'était le handball, parce qu'il y a un club à Marcillac. Donc, c'était le sport qui était proposé.

Et vous, vous avez proposé autre chose, en plus ?

Je suis arrivé il y a trois ans. Et j'ai trouvé que l'on avait un lieu qui se prêtait aux sports de pleine nature. Donc, on a choisi, en plus du handball, de développer ses pratiques. On a investi dans des vélos, on a maintenant 12 VTT et on arrive à bien tourner. On a aussi du matériel pour pratiquer le tir à l'arc, ou encore la course d'orientation. Donc, on propose toutes les activités de pleine nature de l'UNSS à Kervallon.

Quel est l'intérêt de l'UNSS pour les élèves ?

Il faut différencier la pratique UNSS, EPS et club... Là, il y a, bien sûr, une partie compétition, mais gérée par de jeunes officiels que l'on forme. On est plus dans la formation, dans l'apprentissage, dans le respect. On fait aussi faire des photos et des articles aux élèves. Chacun s'investit. Il y a, bien sûr, la compétition, mais qui se divise en deux : la découverte, où il n'y a pas de classement, et la compétition normale avec les compétitions départementales, régionales, nationales. Il y a également des jeunes qui ne viennent qu'à l'entraînement. Chacun doit trouver son créneau pour être avec ses copains, copines, à son rythme. Et nous, professeurs d'EPS, on a une autre relation avec les élèves. On les implique dans tous les secteurs.

C'est aussi le moyen de pratiquer plusieurs sports à moindre coût ?

Oui. Le prix de la licence, c'est entre 20 et 25 € pour l'année, pour pratiquer ce qu'ils veulent. Ils peuvent aussi tester des sports qu'ils ne connaissent pas. On essaye en plus, que ce soit en UNSS ou en EPS, de renouveler les sports proposés. Là, entre les deux pratiques, ils peuvent faire par exemple de la boxe en EPS, du VTT, du handball, du tir à l'arc en UNSS. Par exemple, comme beaucoup pratiquent déjà le foot, on ne le propose pas. L'idée, c'est vraiment de leur faire découvrir autre chose.

La Dépêche du Midi

Catégories
  • septembre 2017