En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Revue de presse

Les collégiens de Kervallon ont commémoré la Grande Guerre

Par NICOLAS CIMOLINO, publié le mercredi 6 février 2019 12:18 - Mis à jour le mercredi 6 février 2019 12:18

La Dépêche du Midi | 4 décembre 2018

 

 

Dans le cadre de la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, les classes de troisième du collège Kervallon se sont investies pleinement pour prendre part au devoir de mémoire. Depuis quatre ans et pendant les cours d'histoire, d'enseignement moral et civique et d'éducation civique, ils ont mené des travaux et des recherches sur la Grande Guerre. «Ce fut l'occasion pour nos collégiens d'évoquer, à travers leurs textes, des moments émouvants et de rappeler les valeurs de la République, développant ainsi l'esprit de solidarité, de coopération et d'engagement, axe fort du projet d'établissement», comme le soulignent les professeurs concernés.

Éveiller la conscience citoyenne

Les interventions très remarquées de ces élèves lors de la cérémonie du 11-Novembre consacraient l'aboutissement de ce projet destiné à «éveiller leur conscience citoyenne et partager les principes qui fondent la République et la démocratie».

Après avoir abordé le contexte historique, ils ont présenté l'organisation des journées du 7 au 10 novembre 1918 jusqu'à la signature de l'armistice du 11 novembre en forêt de Compiègne. Ils ont ensuite rappelé que 63 soldats de Marcillac sont morts lors de ce conflit, puis ils ont retracé le parcours militaire des dix soldats morts en 1918 et qui figurent sur le monument de la commune. Ils ont également interprété trois chansons : «La Madelon de la victoire», «Qui a gagné la guerre ?» et «La Madelon de la paix».

Après une «Marseillaise» retentissante entonnée à l'unisson par des groupes d'élèves des quatre établissements scolaires de Marcillac, la cérémonie s'est clôturée par l'interprétation de «L'Ode à la joie», une partition qui traduit l'ambition du compositeur pour un idéal de liberté et de fraternité et qui exprime aux générations futures par le langage universel de la musique l'importance d'une paix enfin retrouvée après tant de sacrifices.

 

La Dépêche du Midi

Catégories
  • décembre 2018